|

recherche

Résumés MinerOss®

Résultat clinique et histologique d'une augmentation des sinus maxillaires à partir d'une nouvelle allogreffe : série de cas

Gustavo Avila, DDS, MS, PhD, Rodrigo Neiva, DDS, MS, Carl E. Misch, DDS, MDS, PhD(hc), Pablo Galindo-Moreno, DDS, PhD, Erika Benavides, DDS, PhD, Ivan Rudek, DDS et Hom-Lay Wang, DDS, MSD, PhD


Objectif :
Documenter le résultat clinique et histologique d'une augmentation sinusale réalisée à partir d'un produit de greffe osseuse à nouveau substitut allogénique.


Matériaux :
Pour cette étude, des patients en attente d'une augmentation sinusale avant la pose d'un implant ont été recrutés. L'opération d'augmentation des sinus a été réalisée par approche latérale, en utilisant une allogreffe lyophillisée comme matériau de base unique pour la greffe. Les patients ont fait l'objet d'un suivi post-opératoire de 6 mois. L'indice de plaque dentaire, la cicatrisation et l'inconfort des patients ont été consignés à l'occasion de chaque visite de suivi. Les implants ont été posés de 6 à 7 mois après l'élévation des sinus et restaurés 6 mois plus tard. Des échantillons osseux pour biopsie ont été prélevés au moment de la pose des implants aux fins d'analyse histologique et histomorphométrique. Les pourcentages d'os vital, de particules d'allogreffes résiduelles (RA) et de tissus non minéralisés ont été évalués dans chaque échantillon. Les résultats ont été exprimés en pourcentages moyens avec leurs écarts-types.


Résultats :
Parmi les 23 patients admis en sinusologie, 20 ont subi une opération d'augmentation sinusale. Pour tous les patients, la rémission post-opératoire s'est révélée satisfaisante et exempte de complications. Un total de 39 implants ont été posés. Un seul implant a échoué et a été remplacé 3 mois plus tard. L'analyse histologique a révélé la présence d'os lamellaire bien structuré et en contact direct avec les particules RA. La proportion d'os vital s'élève à 23,02 ± 19,11 %, le taux moyen de particules RA à 22,25 ± 20,30 % et la teneur moyenne en tissus non minéralisés à 54,73 ± 13,51 %. Conclusion : les résultats cliniques et histologiques confirment la pertinence des allogreffes constituées d'une combinaison de particules corticales et cancelleuses pour les opérations d'augmentation sinusale.

©Implant Dent 2010 / 19 / 330-341


Influence de la distance bucco-palatale sur les résultats de l'augmentation sinusale

Gustavo Avila, Hom-Lay Wang, Pablo Galindo-Moreno, Carl E. Misch, Robert A. Bagramian, Ivan Rudek, Erika Benavides, Ildefonso Moreno-Riestra et Braun, et Rodrigo Neiva


Contexte :
L'augmentation des sinus maxillaires est l'une des options de développement de site implantaire les plus fiables pour accroître la hauteur osseuse verticale. Toutefois, la consolidation des greffons exige une angiogenèse adéquate et la migration des cellules impliquées dans l'ostéogenèse et le remodelage osseux. On suppose que ces événements biologiques sont déterminés en grande partie par les mensurations de la cavité du sinus maxillaire. L'objectif de cette étude est donc d'évaluer l'influence de la distance entre les parois latérale et médiale du sinus maxillaire sur les résultats de l'augmentation sinusale.


Méthodologie :
L'augmentation des sinus maxillaires est l'une des options de développement de site implantaire les plus fiables pour accroître la hauteur osseuse verticale. Toutefois, la consolidation des greffons exige une angiogenèse adéquate et la migration des cellules impliquées dans l'ostéogenèse et le remodelage osseux. On suppose que ces événements biologiques sont déterminés en grande partie par les mensurations de la cavité du sinus maxillaire. L'objectif de cette étude est donc d'évaluer l'influence de la distance entre les parois latérale et médiale du sinus maxillaire sur les résultats de l'augmentation sinusale.


Résultats :
Vingt-et-un patients ont subi une augmentation sinusale, soit un total de 24. Toutefois, les données analysées n’ont porté que sur un seul sinus par patient. Un sinus a développé une infection après la greffe, d’où un taux de réussite de 96 % du procédé de greffe sinusale. Vingt sinus ont été pris en compte dans l'analyse statistique finale. L’analyse histomorphométrique a révélé un pourcentage moyen de VB de 22,71 ± 19,08 %, un taux moyen d’allogreffes résiduelles de 23,39 ± 20 %,85 et une teneur moyenne en tissus conjonctifs non minéralisés de 53,90 ± 13,23 %. L'analyse de la corrélation entre les pourcentages de VB et de BPD en régression linéaire en utilisant les valeurs réelles de BPD indique une forte association négative (R2 = 0,141 ; P<0,001).


Conclusion :
Les conclusions suggèrent que le pourcentage de formation de VB après une augmentation de sinus maxillaire est inversement proportionnel au BPD du sinus.

©J Periodontal 2010 : 81 : 1041-1050


Évaluation histologique, histomorphométrique et radiographique d'une augmentation de sinus avec une nouvelle allogreffe osseuse : compte rendu clinique

Ricardo Gapski, BDS, DDS, MS, Carl Misch, DDS, MS, PhD, David Stapleton, DDS, Stephanie Mullins, DDS, MS, Charles Cobb, DDS, MS, PhD, Asvin Vansanthan, DDS, MS et Marc Reissner, DDS


Objectif :
Ce rapport de cas documente les effets histologiques, histomorphométriques et radiographiques de quelques allogreffes osseuses préservées sous rayonnement dans le cadre d'une procédure d'élévation sinusale.


Matériel et méthodologie :
Ce substitut osseux unique diffère des autres formes d'allogreffes osseuses traitées via la méthode de cryoconservation standard. L'histologie des échantillons osseux de biopsie révèle une nouvelle formation osseuse de structure lamellaire généralement bien organisée et permet d'observer l'adhérence de particules résiduelles à la périphérie de l'os nouvellement formé.


Résultats :
±Résorption de la greffe de 6,77 % au bout de 6 mois.


Conclusion :
Les résultats de ce rapport suggèrent que cette allogreffe osseuse peut être utilisée avec succès lors d'opérations d'élévation sinusale. Ce constat encourage la poursuite des recherches sur ce matériau d'allogreffe osseuse préservé par rayonnement pour la reconstruction orale et maxillo-faciale.

©Implant Dent 2008 / 17 / 430-438